Mes pratiques



J'ai un côté très expérimentateur et je n'aime pas faire les choses plusieurs fois de la même manière !!

  

On se doit d'être toujours présent sur notre exploitation et travailler au bon moment, mais on ne sait jamais quand tombera le bon moment. En fonction de la météo, il faut travailler le plus vite possible au meilleur moment possible.

C'est pour ça que le métier d'agriculteur est formidable. Tous les ans, c'est différent. Mais ce métier, je l'ai choisi. Les périodes hivernales, plus creuses, laissent le temps de faire autre chose. Certains sont élus ou pompiers, moi, je me consacre à l'expérimentation végétale, à l'informatique et à la formation.



Les nouvelles technologies au service du raisonnement des pratiques



Depuis deux ans, avec la chambre d'agriculture du Loiret, je teste les applications des drones, pour le conseil en fertilisation azotée (Airinov).

Un véritable smartphone volant, avec 4 capteurs classiques pour capter les informations utiles à la génération du conseil en fertilisation azotée.

Capteur embarqué sur le drône de Parrot, la mise en vol est simplifiée et intuitive, très impressionnant !


Mais nous n'en sommes qu'au début : d'autres applications viendront... Déjà le calcul de surface des dégâts de gibier dans une culture.

Dans l'une de mes parcelles, on visualise les dégâts des récoltes tardives sur la structure du sol :
en vert 1er arrachage
en bleu 2ème arrachage tardif betterave



J'ai aussi testé une application sur smartphone :







Une application qui permettrait d’évaluer rapidement la quantité d’azote absorbée par le colza grâce à l’envoi de quelques photos numériques.

 


Aucun commentaire:

Publier un commentaire